CHARTE CONSTITUTIVE

L’agriculture africaine se trouve confrontée à un défi colossal lié à sa croissance démographique. Comptant 1,2 milliard d’habitants en 2017, le continent devrait avoisiner les 2,5 milliards en 2050. Alors qu’un Homme sur six vit aujourd’hui en Afrique, plus d’un sur trois y vivrait dans un siècle. Le continent doit impérativement nourrir ses populations et pour cela conduire une révolution doublement verte où il faudra à la fois améliorer les performances techniques et économiques des systèmes d’exploitation tout en préservant les ressources naturelles dont notamment les sols, la biodiversité et l’eau.

+ 0
Signataires
+
filières identifiés
+ 0
Etats concernés
+ 1200000000
km² de surface

Les 4 engagements

Viabilité & soutenabilité économique

les filières promues doivent être performantes et compétitives sur le long terme.

Transparence

Les partenaires de la charte s’engagent à publier une fois par an un document public sur l’ensemble de leurs activités

Equité sociale & co-développement

les filières structurées s’assureront de la juste rémunération des producteurs.

Respect de l’environnement et des ressources naturelles

les activités doivent être responsables et avoir un impact positif sur leur environnement. Au sahel, en considération des enjeux climatiques, les pratiques agricoles préservant la biodiversité et l’ensemble des ressources naturelles seront systématiquement mises en exergue.

Le communiqué déclaratif

Lancement de l’initiative multilatérale dédiée à l’agroécologie en Afrique : International Agroecological Movement for Africa,
(IAM Africa) le 11 janvier 2021 à Paris.

Signez l'initiative

Pour rejoindre le mouvement :

    #IAM_AFRICA